Ce vin savoureux typiquement jurassien, à ne surtout pas confondre avec le Vin Jaune, est le résultat d’une sélection des plus beaux raisins, d’un long séchage (à l’origine sur la paille) et d’un pressage délicat.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.

Dans son élégante bouteille de 37,5 cl, tout n’est que douceur et volupté. Après trois mois d’une lente déshydratation, dans des claies, sur un lit de paille ou suspendues, les plus belles grappes de Chardonnay, Savagnin, Poulsard et Trousseau sont pressées. Le moût obtenu fermente lentement puis vieillit trois ans en fût avant de devenir cet inimitable vin liquoreux, parfait pour ensorceler foies gras et desserts chocolatés.

Bon à savoir

Le vin de Paille est produit sous les AOC Côtes du Jura, Arbois et L’Etoile.

Le vin de paille est très spécifique. Il dispose d’une mention traditionnelle qui traduit une méthode d’élaboration très particulière : un rendement limité ; une cueillette sélective des grappes en fonction de la maturité ; un séchage des raisins dans un local aéré sur un lit de paille, sur des claies, ou suspendus pendant au moins six semaines – mais cette durée peut aller jusqu’à six mois ; un pressurage des baies déshydratées regorgeant de sucre pour obtenir un vin naturellement doux qui titre entre 14,5° et 17° d’alcool, et vieillira ensuite au moins deux ans en petits tonneaux ou en fûts de 228 litres selon les maisons.

On obtient alors un nectar ambré à la robe brillante qui associe à la fois rondeur et distinction, charme et puissance. Bien que ce vin séduise tous ceux qui y ont goûté (difficile de ne pas l’apprécier !), sa production reste confidentielle. Depuis 2008, on fête en janvier la Pressée du Vin de Paille à Arlay.