Le parcours de découverte

Parking à côté du poteau « Pupillin » non loin de la fruitière vinicole.

  • Distance : 5.9 km
  • Difficulté : Facile
  • Dénivelé : 183 m
« Vendanges », « Vignes », « Savagnin »… ici les rues portent des noms évocateurs ! À 3 km d’Arbois, Pupillin est la capitale mondiale du Ploussard (ou Poulsard), cépage rouge typique du Vignoble du Jura. Ce charmant village vigneron vaut aussi le détour pour ses anciennes maisons joliment restaurées, ses décorations et fleurissements sur le thème de la viticulture. Le coteau viticole de Pupillin situé au pied du village est fait de deux versants séparés par le ruisseau Glanon. La balade vous propose de découvrir l’un de ces versants, constitué d’une succession de paliers de roches calcaires dures et de pentes marneuses.

Prendre rue du Chardonnay, direction « chardonnay », en montant dans le village.

Continuer direction « La ronde » en empruntant la rue des 13 vents. Vous suivez alors le sentier menant en direction du relief de Chau puis descendre en direction du vignoble vers le plateau de Fonteneil.

Vous entrez dans le vignoble. Suivre les indications « la Ronde » puis « Micheru » et « la Marcette » éponymes des terroirs viticoles traversés. Les multiples chemins vignerons de ce coteau imposant, séparant diverses parcelles aux noms poétiques, vous plongent dans un univers paisible hors de temps.

Après avoir contourné les vignes par le bas du coteau, vous remontez sa bordure sud vers le village.

Retour au village, direction « chardonnay » et « Pupillin » par le chemin des vignes puis la rue des Chenevières aux maisons vigneronnes si typiques.

Vignoble de Pupillin © Stéphane Godin/Jura Tourisme

Repères vins

Appellation géographique
Arbois Pupillin

Cépages
Chardonnay, Savagnin, Poulsard, Trousseau, Pinot noir

Vins produits
Blancs, rouges, Vin Jaune, Vin de Paille, Crémant du Jura, Macvin du Jura, Marc du Jura

Le vignoble de Pupillin, capitale
du « ploussard »

Le coteau viticole de Pupillin globalement exposé à l’ouest et son altitude du coteau s’étage de 280 m à 450 m. Le caractère fondamental des terroirs de Pupillin est de laisser la plupart du temps les terrains du substrat géologique à l’affleurement. La couverture de formations superficielles y est mince ou absente. Ceci est dû à la forte pente des coteaux : le ruissellement érosif a entraîné les sols de surface vers le bas. Seules les zones en base de corniche ( «Caillot», «Sous roches») ou les zones plates ( «Fonteneille») ont résisté à ce décapage.

Le cépage Ploussard ou poulsard

(23 % de l’encépagement ici contre 11 % en moyenne dans le Jura)
On prête l’origine du nom Ploussard à la prunelle, dont les grains ont la même couleur, parfois la même forme. Un nom qui se prononce de façon très différente en patois local selon que l’on habite à Salins (pleusse ou plesse), Arbois (plusse) ou Poligny (plousse ou pelosse) Ce cépage autochtone et délicat, apprécie les terres fortes, marneuses ou argileuses. Ses grains à jus blanc et à peau fine donnent des vins rouges gouleyants et acidulés, d’une grande finesse, et aux accents de petits fruits rouges et d’épices. Sa robe étonnante est d’un rubis clair éclatant.
Domaine viticole de Pupillin et ses lieux-dits © Michel Campy

Le domaine viticole de Pupillin est totalement situé sur le coteau, au pied du village, et un seul chemin le dessert depuis celui-ci.

Le coteau est globalement exposé à l’ouest mais, en fonction des ondulations topographiques, certains lieux-dits regardent vers le sud-ouest (Feule, La Loge) ou même le Sud (Côte de Caillot, la partie est de Côte de Feule); alors que d’autres regardent vers le nord-ouest (Le Grapiot, Bessard, Les Plantées).

L’altitude du coteau s’étage de 280 m (bas de Micheru) à 450 m (haut de la Côte de Caillot, de Sous Roche et des Govaines).

Verre de Ploussard © Michel Campy
Verre de Ploussard © Michel Campy

Les vin issus du ploussard sont clairs et passent parfois, à tort, pour des rosés. Ce sont des vins «de soif», légers, brillants, tout en fraîcheur et en arômes de fruits rouges.

Cépage Ploussard © Michel Campy
Cépage Ploussard © Michel Campy

Le cépage ploussard se manifeste par une exubérence de ses bois, au moment du débourrage. Les pousses se dressent sur le palissage, déployant de vigoureuses vrilles.

Zone viticole de Pupillin © Michel Campy

La zone viticole de Pupillin occupe la totalité du versant au pied du village, en continuité avec les coteaux d’Arbois au nord et de Buvilly au sud. Le coteau est partagé en 2 versants inégaux draînés par le ruisseau du Glanon (en rouge, itinéraire-découverte).

Des arômes d’exception

Exposé au sud-ouest, les lieux-dits «Feule» et «Côte de Feule» sont les crus du cépage «ploussard» les plus renommés de la commune de Pupillin et même du vignoble. Il semble que le ploussard ait trouvé là, les conditions les plus favorables à la maturation de ses raisins :

  • les marnes irisées qui en constituent le substrat sont, dans l’ensemble du vignoble, les meilleures terres à ploussard.
  • la forte pente du versant assure un excellent drainage des eaux d’infiltration et son exposition sud/sud-ouest assure une capture optimale de l’énergie solaire, surtout lors des années les moins ensoleillées
Coteau viticole de Feule et de la Côte de Feule © Michel Campy

Il occupe le revers d’exposition sud-ouest qui s’étage des altitudes 300 mètres (plaine alluviale du Glanon) aux altitudes 400 mètres (rebord du plateau de Fonteneille)

Organisation géologique de la Côte de Feule © Michel Campy

La dureté des terrains et leur aptitude à l’érosion a modelé le coteau : les affleurements marneux produisent des versants de pente moyenne, alors que les affleurements calcaires produisent des abrupts. Le plateau de Fonteneille repose sur la dalle de calcaire à gryphées, résistante à l’érosion.

Les deux escaliers du versant viticole de Pupillin Une ouverture artificielle dans le coteau permet de découvrir la nature du sous-sol de Feule, formant escalier.

Vue des terrains formant le sous-sol du coteau de Feule © Michel Campy

De haut en bas :

  • le sommet du versant est couronné par un chapeau de calcaire ocre du Bajocien boisé. Il a fourni des éboulis à la Côte de Caillot sous-jacente.
  • le lieu-dit «Côte de Caillot» offre un versant de forte pente, sur les marnes du Lias recouvertes d’éboulis.
  • le plateau de «Fonteneille» qui lui fait suite forme un replat aux environs de 400 m d’altitude, armé par les calcaires à gryphées.
  • vient ensuite le versant à forte pente de «Côte de Feule» et de «Feule», reposant sur les marnes irisées du Trias et dont l’altitude va de 380 m à 300 m. Une cassure (faille) est venue perturber la disposition des couches géologiques du coteau. À droite de la faille, le compartiment de Feule est remonté d’une centaine de mètres par rapport au compartiment de Caillot, à gauche de la faille.

Pour aller plus loin

Fête du Biou
Cette fête du vin traditionnelle qui a lieu chaque année en septembre se réfère à un épisode de l’Ancien Testament : la grappe de Canaan que les envoyés de Moïse rapportent à 2 sur une perche comme preuve de la découverte de la Terre promise, riche et fertile. Depuis des lustres, les vignerons de 3 localités (Pupillin, Arbois et Vadans) font chacun leur Biou et offrent à leur Saint patron, les plus belles grappes de la récolte rassemblées en une grappe immense pouvant atteindre 100kg.