Le parcours de découverte

Départ sur le parking de la salle des fêtes à l’extrémité est du village de Montaigu. Nombreuses places disponibles, espace de pique-nique et de jeux…

  • Distance : 4.8km
  • Difficulté : Moyen
  • Dénivelé : 128m
Au bord du premier plateau du Jura, découvrez Montaigu et sa vue plongeante sur Lons-le-Saunier. Mêlant paysages naturels et viticoles, édifices anciens et histoire, cette balade vous emmènera au cœur de ce village vigneron typique et sur les traces de ses deux célèbres habitants – Rouget de Lisle et le capitaine Lacuzon, héros de l’indépendance comtoise au XVIIe s. A la pointe d’un piton rocheux, Montaigu sépare et surplombe deux reculées (Revigny et Vernantois) dont les pentes marneuses, au pied des falaises calcaires, sont très favorables à la culture de la vigne.

À partir du parking, traversez Montaigu par sa rue unique en direction du poteau “Montaigu Église” : découvrez ce village vigneron typique ; les caves sont creusées dans le calcaire, sous le rez-de-chaussée des maisons ; elles communiquent entre elles (cellier des chartreux : magnifiques caves voutées du Moyen-Âge).

Au poteau “Montaigu Église” prenez la direction “Mont des Tartres”. Vous passerez devant la maison de Rouget de Lisle (XVIIIe siècle) , et longerez un grand mur ancien à votre droite : il s’agit des anciennes fortifications, situées en bordure des ruines du château médiéval. À la sortie du village engagez vous à gauche en continuant sur le tracé du GR 59 jusqu’au poteau “Mont des Tartres”.

Au poteau “Mont des Tartres” prenez la direction “Derrière le Tartre”. Vous contournez le Mont des Tartres sur plus d’un 1 km.
Au poteau “Derrière le Tartre”, vue sur les reliefs de la région lédonienne : plateau de Mancy, Montorient… Vous prenez la direction “Les Gautières” et descendez en direction de la vallée de la Sorne.

Vignes en contre-bas du village de Montaigu © Michel Campy

Rouget de Lisle © Isidore Pils

Rouget de Lisle © Isidore Pils

Mur de soutènement en pierres sèches © Michel Campy

Mur de soutènement en pierres sèches © Michel Campy

À mi-pente , au poteau “Les Gautières” bifurquez vers le Nord en direction du “Mont des Tartres” vers le coteau viticole des Gautières que vous traversez. Prenez ensuite le chemin des Tartres sur votre gauche. Vous longerez un mur traditionnel en pierre sèche récemment et remarquablement rénové.

Sur le replat, vous découvrirez ensuite sur votre droite le Lavoir de Tuile du XIe siècle qui capte une source permanente. Regagnez ensuite Montaigu par le sentier . Le long du sentier, ne manquez pas la magnifique vue sur la façade sud du village.
Au poteau “Mont des Tartres”, prenez la direction de “Montaigu Église”.

Repères vins

Appellation géographique
Côte du Jura

Cépages
Chardonnay, Savagnin, Poulsard, Trousseau, Pinot noir

Vins produits
Blancs, Rouges, Vin de paille, Crémant du Jura, Macvin du Jura, Marc du Jura, Vin Jaune

Montaigu, vestige du vaste espace viticole de la région lédonienne

Le Village de Montaigu perché à la pointe d’un piton rocheux, sépare et surplombe deux reculées (Revigny et Vernantois) dont les pentes marneuses, au pied des falaises calcaires, sont très favorables à la culture de la vigne. Jadis, l’ensemble de ces pentes étaient entièrement occupées par le vignoble prospère de la région lédonienne. Il fut successivement décimé par le phylloxera et par la pénurie de main d’œuvre de la première guerre mondiale.

D’orientation générale Nord/Sud-Est, le village de Montaigu surplombe deux beaux versants à substrat marneux, tout à fait favorables à la vigne. Le versant d’exposition Sud/Sud-Est, le plus favorable, domine la vallée de la Sorne (reculée de Vernantois). La base du versant Sud-Est du Mont des Tartres (coteau des Gautières) présente une situation optimale, entre les altitudes 310 et 380 m. Installés dans une zone faillée, les terrains viticoles sont constitués à la fois de marnes irisées du Trias (partie Est) et de marnes grises du Lias (partie Ouest).

Avant la crise du phylloxéra de la n du XIXe siècle, la vigne occupait la majeure partie des pentes marneuses (en gris) au pied de la falaise du plateau calcaire (orange pâle), surtout sur les versants qui nous font face, exposés principalement à l’ouest. Actuellement la vigne n’occupe plus que les zones les mieux exposées des communes de Perrigny / Conliège (11 ha), Vernantois (16 ha) et Montaigu (18 ha).

Coteau des Gautières à Montaigu © Michel Campy

Le versant domine la vallée de la Sorne qui draine la reculée de Vernantois. La zone plantée appartient au coteau des Gautières. Elle s’appuie sur le pied du Mont des Tartres, petite butte isolée de la corniche principale par une faille.

Place de Montaigu dans le paysage des reculées de la région lédonienne

Les deux reculées sont séparées par un éperon de largeur variable, qui s’amincit progressivement vers l’aval, pour se terminer par une crête étroite sur laquelle s’est installé le village de Montaigu. Chaque variation de largeur de l’éperon central est du à des failles, qui préservent ou atténuent l’épaisseur de la couverture calcaire du plateau.

Le tracé de la reculée de Revigny est sinueux. Elle s’élargit au niveau des deux points de courbure majeurs, et la corniche sommitale y est affectée par des petits cirques. Les deux principaux élargissements permettent un étalement plus important de la plaine alluviale, offrant plus de surface aux activités agricoles où sont implantés les villages (Conliège et
Revigny).

L’amont de la reculée est digité, la branche Nord est marquée par un très beau cirque (Le creux de Revigny). La reculée de Vernantois est presque aussi large (2 à 3 km) que longue (4 km). Sa sinuosité est à peine marquée et sa corniche sommitale est affectée par quelques petits cirques rocheux. Vers l’amont, elle se termine par un ravin étroit, dominé par le village de Saint-Maur.

Le coteau viticole des Gautières : un terroir retrouvé

Laissé en friche depuis la crise du phylloxéra (fin du XIXe siècle), il a été replanté de vigne récemment. Son sol est donc resté vierge de tout intrant chimique (herbicide et fongicide). Sa culture actuelle en biodynamie permet donc de produire des vins exempts de tout résidu chimique. Le coteau viticole a été réaménagé avec terrasses et murets de soutènement.

En cours de restructuration, le coteau des Gautières est l’objet de travaux destinés à retrouver des surfaces viticoles productives tout en réaménageant les structures associées (murs de soutènement, zones d’accès) de manière esthétique. Cette démarche contribue à doter ce coteau d’une valeur patrimoniale certaine.

Coteau des Gautières © Michel Campy

Coteau des Gautières © Michel Campy

Marguerite inclue dans un mur de pierres sèches © Michel Campy

Marguerite inclue dans un mur de pierres sèches © Michel Campy

Le lavoir de Tuile

Ce lavoir très ancien (XIe siècle) a été utilisé par les habitants de Montaigu qui y lavaient régulièrement leur linge apporté du village par chars à boeufs. Après lavage, le linge était disposé sur les murets voisins pour séchage.

Le lavoir de Tuile à Montaigu © Michel Campy
Le lavoir de Tuile à Montaigu © Michel Campy

Pour aller plus loin

Rouget de Lisle a écrit sur son village un joli poème qui commence par : « Séjour charmant de mon enfance, lieu d’amour et de souvenirs… ». Dans le parc, juste à côté du parking de la salle des fêtes, un petit circuit pédagogique (5-10 min) retrace la vie de l’auteur de « La Marseillaise ». On y apprend d’ailleurs qu’il était propriétaire d’un domaine viticole.

Un autre trésor de Montaigu : le cellier des Chartreux et ses splendides caves datant du moyen Age (XIIIème). C’est l’un des vestiges le mieux conservé d’Europe, de domaine viticole du puissant ordre des moines chartreux, jadis très influents dans le Jura. Il appartient aujourd’hui aux descendants des régisseurs de l’époque : le domaine Pignier (situé au cœur du village).

A voir : ne manquer pas la vue panoramique sur la reculée de Revigny au fond du parking.