Le parcours de découverte

Départ sur le parking du Château Pécauld (XIIIe siècle). Suivez les balises jaunes.

Distance : 3.7 km
Difficulté : Très facile
Dénivelé : 87 m
Arbois, capitale des vins du jura, fut la première aoc française en 1936, couronnant une tradition viticole séculaire. C’est une ville où l’art de vivre prend tout son sens et où l’on se plaît à s’attarder, portés par la douceur de vivre locale. C’est aussi le pays de louis pasteur, considéré comme le père de l’œnologie. cette balade vous emmène sur le sentier des vignes, à la découverte des terroirs des corvées et de curon. Ces coteaux pentus aux excellents vins illustrent ce qu'est l'essence du terroir arboisien : ensoleillement et altitude idéale, sols caillouteux posés sur des marnes grises profondes, en contrebas d’une corniche calcaire.

La balade commence en ville. Longez les vignes du château en exposition, mettant en valeur les différents cépages jurassiens.

Au poteau « Château Pécauld », prenez la direction « Place Morel » par l’avenue des écoles. Remarquez une belle fontaine à l’effigie du héro arboisien du XVIe siècle.

Au poteau « Place Morel », continuez en direction de « Changin » par la rue Morel.

Au poteau « Changin », prenez la direction « les Corvées », par la rue du petit Changin. Tournez à droite rue de la Tour-Canoz. Faites un crochet dans les vignes (chemin de terre à droite), reprenez la rue Tour Canoz. Au croisement, tournez à droite direction « Les Corvées ».

Ville d'Arbois et Église Saint Just © Jura Tourisme

Château Pécauld © Jura Tourisme

Château Pécauld © Jura Tourisme

Maison Pasteur à Arbois © Aline Dalloz/Jura Tourisme

Maison Pasteur à Arbois © Aline Dalloz/Jura Tourisme

Au poteau « les Corvées », continuez jusqu’au bout de la route goudronnée, et suivez le chemin de terre montant dans les vignes sur 200 m. Arrivé en haut, longez la forêt jusqu’à la tour Curon (ou tour Canoz) pour de beaux panoramas. Redescendez dans les vignes de la côte Curon, jusqu’à Changin.

Au poteau « Changin », prenez la direction « Place Morel » par la rue Saint Roch, puis à droite, la rue de Montfort.
Au poteau « Place Morel », reprenez la rue des écoles jusqu’au Château Pécauld.

Au retour, vous pouvez visiter le Musée de la vigne et du vin du Jura dans la belle bâtisse à donjon du Château Pécauld.

Repères vins

Appellation géographique

Arbois

Cépages

Chardonnay, Savagnin, Poulsard, Trousseau, Pinot noir

Vins produits

Blancs, rouges, Vin Jaune, Vin de Paille, Crémant du Jura, Macvin du Jura, Marc du Jura

Une personnalité

Louis Pasteur (1822 – 1895) est né à Dole et vécut à Arbois. Connu pour avoir mis au point le vaccin contre la rage, ses travaux sur les vins ont représenté une étape décisive dans l’évolution de sa pensée. La Maison Pasteur vous invite à découvrir l’œuvre et l’intimité du savant.

Un lieu

Datant de 1820, la Tour de Curon a servi de tour de garde pour les gardes-vignes chargés d’empêcher les vols de raisin, très fréquents au XIX e siècle, puis de poste de chasse pour les grives. Aujourd’hui, le vigneron propriétaire a réhabilité la tour et les parcelles alentour alors en friche.

Une histoire

En 1906, les vignerons d’Arbois étaient à l’initiative de la création du Certificat d’Origine pour protéger leurs vins des nombreuses fraudes. Précurseurs, ils obtiennent l'une des premières AOC viticoles de France, le 15 mai 1936, au coté de Cassis, Châteauneuf-du-Pape, Monbazillac et Tavel.

Important

Pour votre sécurité et une bonne cohabitation avec les vignerons, soyez vigilants aux abords des vignes (circulation d’engins, traitements...), laissez les lieux propres, restez sur les sentiers balisés et n’entrez pas dans les parcelles de vignes, si vous n’y êtes pas autorisé.

Montaigu, vestige du vaste espace viticole de la région lédonienne

Le Village de Montaigu perché à la pointe d’un piton rocheux, sépare et surplombe deux reculées (Revigny et Vernantois) dont les pentes marneuses, au pied des falaises calcaires, sont très favorables à la culture de la vigne. Jadis, l’ensemble de ces pentes étaient entièrement occupées par le vignoble prospère de la région lédonienne. Il fut successivement décimé par le phylloxera et par la pénurie de main d’œuvre de la première guerre mondiale.

D’orientation générale Nord/Sud-Est, le village de Montaigu surplombe deux beaux versants à substrat marneux, tout à fait favorables à la vigne. Le versant d’exposition Sud/Sud-Est, le plus favorable, domine la vallée de la Sorne (reculée de Vernantois). La base du versant Sud-Est du Mont des Tartres (coteau des Gautières) présente une situation optimale, entre les altitudes 310 et 380 m. Installés dans une zone faillée, les terrains viticoles sont constitués à la fois de marnes irisées du Trias (partie Est) et de marnes grises du Lias (partie Ouest).

Avant la crise du phylloxéra de la n du XIXe siècle, la vigne occupait la majeure partie des pentes marneuses (en gris) au pied de la falaise du plateau calcaire (orange pâle), surtout sur les versants qui nous font face, exposés principalement à l’ouest. Actuellement la vigne n’occupe plus que les zones les mieux exposées des communes de Perrigny / Conliège (11 ha), Vernantois (16 ha) et Montaigu (18 ha).

Coteau des Gautières à Montaigu © Michel Campy

Le versant domine la vallée de la Sorne qui draine la reculée de Vernantois. La zone plantée appartient au coteau des Gautières. Elle s’appuie sur le pied du Mont des Tartres, petite butte isolée de la corniche principale par une faille.

Place de Montaigu dans le paysage des reculées de la région lédonienne

Les deux reculées sont séparées par un éperon de largeur variable, qui s’amincit progressivement vers l’aval, pour se terminer par une crête étroite sur laquelle s’est installé le village de Montaigu. Chaque variation de largeur de l’éperon central est du à des failles, qui préservent ou atténuent l’épaisseur de la couverture calcaire du plateau.

Le tracé de la reculée de Revigny est sinueux. Elle s’élargit au niveau des deux points de courbure majeurs, et la corniche sommitale y est affectée par des petits cirques. Les deux principaux élargissements permettent un étalement plus important de la plaine alluviale, offrant plus de surface aux activités agricoles où sont implantés les villages (Conliège et
Revigny).

L’amont de la reculée est digité, la branche Nord est marquée par un très beau cirque (Le creux de Revigny). La reculée de Vernantois est presque aussi large (2 à 3 km) que longue (4 km). Sa sinuosité est à peine marquée et sa corniche sommitale est affectée par quelques petits cirques rocheux. Vers l’amont, elle se termine par un ravin étroit, dominé par le village de Saint-Maur.

Le coteau viticole des Gautières : un terroir retrouvé

Laissé en friche depuis la crise du phylloxéra (fin du XIXe siècle), il a été replanté de vigne récemment. Son sol est donc resté vierge de tout intrant chimique (herbicide et fongicide). Sa culture actuelle en biodynamie permet donc de produire des vins exempts de tout résidu chimique. Le coteau viticole a été réaménagé avec terrasses et murets de soutènement.

En cours de restructuration, le coteau des Gautières est l’objet de travaux destinés à retrouver des surfaces viticoles productives tout en réaménageant les structures associées (murs de soutènement, zones d’accès) de manière esthétique. Cette démarche contribue à doter ce coteau d’une valeur patrimoniale certaine.

Coteau des Gautières © Michel Campy

Coteau des Gautières © Michel Campy

Marguerite inclue dans un mur de pierres sèches © Michel Campy

Marguerite inclue dans un mur de pierres sèches © Michel Campy

Le lavoir de Tuile

Ce lavoir très ancien (XIe siècle) a été utilisé par les habitants de Montaigu qui y lavaient régulièrement leur linge apporté du village par chars à boeufs. Après lavage, le linge était disposé sur les murets voisins pour séchage.

Le lavoir de Tuile à Montaigu © Michel Campy
Le lavoir de Tuile à Montaigu © Michel Campy

Pour aller plus loin

Rouget de Lisle a écrit sur son village un joli poème qui commence par : « Séjour charmant de mon enfance, lieu d’amour et de souvenirs… ». Dans le parc, juste à côté du parking de la salle des fêtes, un petit circuit pédagogique (5-10 min) retrace la vie de l’auteur de « La Marseillaise ». On y apprend d’ailleurs qu’il était propriétaire d’un domaine viticole.

Un autre trésor de Montaigu : le cellier des Chartreux et ses splendides caves datant du moyen Age (XIIIème). C’est l’un des vestiges le mieux conservé d’Europe, de domaine viticole du puissant ordre des moines chartreux, jadis très influents dans le Jura. Il appartient aujourd’hui aux descendants des régisseurs de l’époque : le domaine Pignier (situé au cœur du village).

A voir : ne manquer pas la vue panoramique sur la reculée de Revigny au fond du parking.

Les coteaux viticole des Corvées et de Curon, terroirs d’exception du vignoble d’Arbois

Les coteaux « Les Corvées » et « Les Nouvelles » sont emblématiques du vignoble d’Arbois. Leur morphologie est classique du rebord viticole du plateau : versant supérieur abrupt à couverture arbustive dominant une pente assez forte couverte de vignes.

Coteaux viticoles des Corvées et de Curon © Michel Campy
Coteaux viticoles des Corvées et de Curon © Michel Campy

Cette morphologie est la résultante de la nature des terrains du sous-sol : le calcaire du Jurassique arme la corniche tandis que le versant viticole s’est sculpté dans les marnes du Lias recouvertes d’une couverture superficielle d’éboulis gras issus de la corniche.

Ce type de terroir convient à presque tous les cépages jurassiens. C‘est le terroir de prédilection du chardonnay ; le trousseau et le pinot noir y trouvent une légèreté suffisante pour assurer leur maturité. Seuls le ploussard et le savagnin préfèrent des terres plus marneuses.

La tour de Curon (ou tour Canoz)

La tour de Curon domine le quartier nord-ouest d’Arbois. Exceptionnellement épargnée de la destruction, la tour de Curon servit d’abri et d’habitat pour les gardes-vendanges au cours des siècles derniers. Nommés par le maire d’Arbois, leur tâche consistait à surveiller les vignes contre les maraudeurs dans les semaines qui précèdaient les vendanges.

Tour de Curon (ou tour Canoz) à Arbois

Tour de Curon (ou tour Canoz) à Arbois

Tour de Curon dans le vignoble Arboisien © Jura Tourisme

Tour de Curon dans le vignoble Arboisien © Jura Tourisme