Week-end dans le vignoble sur les traces de Louis Pasteur !

Les vins du Jura sont le reflet d’un terroir si unique, qu’ils donnent envie d’aller creuser un peu cette terre arboisienne, riche d’histoire et de science. Formidable prétexte pour un savoureux week-end oenotouristique sur les traces du savant jurassien !

La rentrée a débuté sur les chapeaux de roue, les arbres se parent de douces couleurs orangées et l’air est encore doux. Vous brûlez d’envie de prendre la poudre d’escampette, plier bagage, filer le temps d’un week-end gourmand ? Le Jura et ses vins, en pleines vendanges, vous tendent les bras !

« Chéri, fais tes valises, on part en Arbois ! »

Arbois, ville où Louis Pasteur a conduit ses travaux sur la fermentation du vin, est aussi le lieu emblématique de l’esprit collectif du vignoble du Jura. Une solidarité rebelle et innovante qui a donné naissance à l’un des tout premiers mouvements coopératifs de France. C’est par là que nous commençons notre périple avec la visite de la Fruitière vinicole d’Arbois, créée en 1906 par sept familles de vignerons, unis pour lutter contre le Phylloxera (ils sont 100 aujourd’hui !)

Cœur de ville d’Arbois, devant la pâtisserie Hirsinger © Maxime Coquard/Jura Tourisme

Cœur de ville d’Arbois, devant la pâtisserie Hirsinger © Maxime Coquard/Jura Tourisme

Château Béthanie - Fruitière vinicole d’Arbois © Jura Tourisme

Château Béthanie - Fruitière vinicole d’Arbois © Jura Tourisme

Vin jaune, Trousseau, Macvin, vin de paille…

Rendez-vous au splendide château Béthanie, fief de la fruitière, où Guillaume Rahon nous invite à une dégustation des principaux cépages et des 7 AOC Vins du Jura. Un rouge Trousseau gouleyant, fruité et épicé, un assemblage Chardonnay/Savagnin peu commun, un vin jaune aux caudalies persistantes, suivi d’un Macvin et d’un vin de Paille aux saveurs de fruits confits. Il nous glisse quelques alléchants accords mets & vins en prime. Un régal qui doit tout à la science et rien au hasard…

Un concentré d’histoire et de science dans un verre de vin !

Direction la Maison Pasteur d’Arbois, rue de Courcelles, N°83. Louis Pasteur y a vécu dès 8 ans, revenant ensuite toute sa vie durant, pour conduire ses travaux de recherches. Au sein de son laboratoire arboisien et sur la vigne Pasteur de Montigny-les-Arsures, le père de l’œnologie moderne a définitivement tordu le cou à l’idée de génération spontanée et posé les principes de la fermentation du vin.
Notre jeune guide nous glisse au passage quelques truculentes anecdotes sur Louis et son épouse Marie…

La vigne Pasteur : sa cuvée, ses recherches scientifiques

Le Clos de Rosières est notre prochaine étape : sur cette vigne d’un demi-hectare, constituée des cinq cépages du Jura, Pasteur a mené toutes ses expérimentations, devenant un partenaire scientifique essentiel pour les vignerons du XIXe siècle. Ce bout de vigne historique, propriété de l’Académie des sciences, est confié au Domaine Henri Maire et fils, qui vinifie chaque année une prestigieuse Cuvée Pasteur. Mais la parcelle reste fidèle à ses origines : ses pieds de vigne, vieux pour certains de 150 ans, constitue un précieux réservoir génétique pour les chercheurs, en particulier ceux de l’Inra de Colmar qui mènent actuellement des études sur une nouvelle maladie du bois.

Conquis par la philosophie des vins du Jura !

Nous repartons de ce succulent week-end, riches d’exquises connaissances et de saveurs nouvelles. Et voilà Pasteur qui chuchote à notre oreille : « Il y a plus de philosophie dans une bouteille de vin que dans tous les livres… »