Festival de musique baroque du Jura, interview de Vincent Dumestre

Le Festival de musique baroque du Jura débutera le 18 juin 2021 avec, en première escale, un programme et des concerts qui se dérouleront à Lons-le-Saunier, à Nozeroy et à Saint-Claude. L’occasion de rencontrer Vincent Dumestre, directeur artistique de l’évènement.

Vincent Dumestre, vous assurez la Direction Artistique du Festival de Musique Baroque du Jura depuis 2017 ; qu’est-ce qui vous a séduit dans le Jura, et poussé à rejoindre le Festival ?

J’ai découvert le Jura par le biais de la musique, étant invité au Festival de Musique Baroque du Jura depuis le début des années 2000 ! C’est dire si la filiation est lointaine et profonde. J’ai lié amitié avec des Jurassiens – notamment ceux qui s’occupent et gèrent, généreusement, ce Festival. J’en suis ensuite devenu Directeur Artistique, au moment où mon prédécesseur quittait ce poste. J’avais très envie de donner un nouvel élan, d’y apporter mes compétences, et de créer des passerelles : celle du lien entre musique et œnologie, que nous continuons d’explorer ; celle de résidences, qui permet de faire pleinement vivre un lieu et apporte une convivialité plus forte grâce à sa temporalité, comme ce que nous avons créé à Baume-Les-Messieurs depuis 3 ans ; avec les enregistrements discographiques, et puis surtout de créer les meilleurs rapports entre musique et patrimoine : le Jura est un département chargé d’histoire, ses sites méritent qu’on les fasse vivre par la musique ! 

Le Festival de Musique Baroque du Jura célèbre cette année sa 36ème édition. Originellement établi dans le Haut-Jura, il explore désormais tout le territoire jurassien et investit de nouveaux sites remarquables du département. Musique baroque et patrimoine exceptionnel, c’est là une alliance qui vous tient à cœur ?

C’est surtout cette adéquation qui m’intéresse : entre un chef-œuvre à écouter, et un chef d’œuvre à voir. Ce ne sont pas seulement deux œuvres patrimoniales, c’est la manière dont nous faisons résonner l’un avec l’autre. L’éclairage à la bougie (comme dans le Miserere d’Allegri à Baume en 2019), la spatialisation (comme dans les Vêpres de Monteverdi à la Cathédrale de Saint-Claude en 2017), les résonnances (comme celles des Chanteurs d’Oiseaux dans la petite église de Saint Romain, perdue dans la nature) : la musique est au service d’un lieu, et le lieu au service de la musique ! C’est ainsi que nous souhaitons faire redécouvrir aux Jurassiens leur patrimoine.

Vincent Dumestre © Attila Nagy

Vincent Dumestre © Attila Nagy

Vincent Dumestre © Jean-Baptiste Millot

Vincent Dumestre © Jean-Baptiste Millot

Au-delà de ses concerts au format classique, le Festival de Musique Baroque du Jura s’attache à développer sur tout le territoire de nouvelles propositions artistiques : master-classes, projet de résidence d’artistes, etc. Une manière d’ancrer plus encore le Jura en tant que territoire de création artistique ?

La pédagogie est importante, et sa présence est multiple au sein du Festival : à travers les collaborations avec le festival Ideklic et son jeune public, à travers les master-classes au Conservatoire comme celle tout récemment donnée avec Judith Paquier à l’Ecole de musique Coeur du Jura, mais c’est aussi au sein même du Festival : concert-atelier pour s’initier à l’improvisation, conférences pour se préparer à l’écoute, répétitions publiques pour partager avec le public ces beaux moments qui précédent les concerts, résidences d’artistes… Tout cela en effet ancre la culture au cœur de l’écoute, pour les petits comme pour les grands !

Le Poème Harmonique © Philippe Delval

Cette 36ème édition nous emmène dès ce mois de juin à Venise, berceau de la musique baroque au XVIIème siècle, ville fascinante et aux mille facettes… Quelques mots sur la programmation ?

Elle se veut aussi éclectique que n’a pu l’être Venise au 17ème siècle, quand les orphelines de l’Ospedale della Pieta se retrouvaient devant Vivaldi pour interpréter ses œuvres, quand les ruelles résonnaient des chansons populaires, si sensuelles et si modernes – et pourtant presque oubliées aujourd’hui-, quand les églises étaient le théâtre d’opéras sacrés– comme celui d’Allioti, à découvrir à Saint-Claude en octobre, quand les femmes de lettres vénitiennes, telle Barbara Strozzi, démontraient qu’elles étaient également les meilleures compositrices, quand l’étage noble de chaque Palais regorgeait de musiciens tels qu’Albinoni ou Caldara et qu’on entendait leurs sonates à peine composées… C’est tout cela qu’on veut faire découvrir aux spectateurs du Jura : dans les théâtres, mis en scène, dans les lieux sacrés, à Poligny, Baume-les-Messieurs, Château-Chalon, Molinges, Saint-Claude… et qui nous permettra de nous retrouver, depuis cette longue année de silence, pour partager l’émotion de la scène !

Festival de Musique Baroque du Jura

Programmation, billetterie et espace presse...